La mort comme fondation des sociétés humaines [Vidéo]

Les attitudes fondamentales des hommes et des cultures à l'égard de la mort se modifient dans l’histoire. Source de grands mythes et de croyances (immortalité, résurrection…) à l’époque pré-moderne, la mort perd, avec la rationalité et l’individualisme, tout fondement réel. L’homme la nie et la rejette devenant se faisant un individu a-mortel.

Cette crise contemporaine de la mort qui s’intensifie avec les guerres mondiales du XX° siècle, guerres de sacrifice et guerres-massacre, est une cause du mal être de notre société : la mort est devenue inhumaine.

 

La conférence a été donnée à l'Université Victor Segalen Bordeaux 2 dans le cadre du cycle de conférences "L'invité du Mercredi" / Saison 2004-2005 sur le thème "La mort - Regards croisés". Service culturel Université Victor Segalen de Bordeaux 2 / DCAM /

 

 

 

Plan détaillé de la conférence

Rédigé par Jean-Claude Coiffet